Putes en chaleur

L’EX-AFFAIRE

Les genoux fléchis, je sors de l’Uber. Bien que je marche normalement de façon magistrale sur chaque talon, je suis maintenant chancelant. Je regarde le sol pour forcer mes pieds à se calmer et je vois mon pantalon large tomber par-dessus mes pompes, sans toucher le sol. Puis je lève les yeux pour voir où je peux entrer.

J’avais proposé du café, mais il ne pouvait pas le faire pendant la journée. Il a eu des réunions consécutives. Bien sûr, il n’était pas venu de New York pour rien. Mais il avait suggéré de prendre un verre le soir. En retard, parce qu’il a eu un dîner de travail. C’est toujours comme ça. Si quelqu’un vient, toute sa journée est planifiée, du petit déjeuner aux dîners de réseau. Je sais. J’ai dû l’organiser moi-même il y a de nombreuses années.

Mais je suis là. A 10h30, un mardi soir. Devant l’entrée de l’hôtel Conservatoire. Je marche à l’intérieur et je reste à droite, vers le bar atmosphérique. Quand j’entre dans le bar, je le vois tout de suite. Nonchalamment, il se penche sur le banc en tissu, occupé à téléphoner. Je reste immobile à sa table et il lève les yeux de son téléphone. Immédiatement, un sourire apparaît sur son visage encore plus sérieux. Il a exactement la même apparence. Serré dans le costume, ses cheveux blonds ondulés – un peu trop longs – vers l’arrière. Mais ses yeux bleus trahissent le fait qu’il a vécu beaucoup plus de choses à présent. Il se lève pour me saluer, toujours avec cette petite tique pour pousser son pantalon un peu remonté avec ses pieds. Je fais un pas vers lui. Bien sûr, on s’embrasse sur la joue et pour éviter que cela ne devienne deux ou trois, je le pousse un peu contre moi. Il est grand. J’avais oublié sa taille.

“Salut”. Disons que je sèche.

“Salut”. Il répond de manière un peu sarcastique.

Restons là, sans savoir par où commencer. Puis il va se mettre derrière moi et prendre mon manteau. C’est quelque chose que j’ai trouvé attirant chez lui dès le premier jour, quand je l’ai rencontré au travail. Un genre rare. Une race mourante. Un homme qui prend votre manteau sans effort, vous tient la porte ouverte. En mettant l’accent sur la facilité d’utilisation. Comme s’il l’avait fait toute sa vie et qu’il n’y pensait même pas.

Je retire la ceinture de mon manteau et je la laisse glisser doucement sur mes épaules. Il l’attrape et l’accroche à ma chaise qu’il fait ensuite glisser vers l’arrière pour que je puisse m’y asseoir. J’accroche mon sac derrière moi sur le dos et je me penche ensuite en arrière, les jambes croisées, pour bien le regarder.

“Wow, ça fait vraiment longtemps.” Je dis cela comme si c’était seulement maintenant que je me rends compte que nous ne nous sommes pas vus depuis plus de cinq ans. “Je suis heureux que vous ayez accepté de me rencontrer.” Je passe à autre chose. “Et un peu surpris.”

“Pourquoi ? Pourquoi ne voudrais-je pas ?” Il a toujours été doué pour faire semblant que tout va bien.

“Hum, eh bien, je n’étais pas forcément raisonnable la dernière année où nous avons tous les deux travaillé au bureau. Nous ne l’avons pas vraiment fermé correctement. Du moins, je le pense. Et je réalise maintenant que c’est plus ma faute que la vôtre”.

Il semble un peu surpris de ma franchise, mais encore une fois, “C’était le bordel. On aurait peut-être pu le fermer un peu plus proprement.” Pendant un instant, il la laisse tomber tranquillement et regarde au loin. “Je devais me protéger.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *